Accueil > Question socialetranshumanisme > Le Parti Transhumaniste Allemand accélère

Le Parti Transhumaniste Allemand accélère

Nous avons interviewé le Parti Transhumaniste Allemand et traduit ses propositions politiques.

Publié le 22 janvier 2017, par

Créé en septembre 2015, et pour l’instant centré sur deux sections locales (Berlin et Bade-Wurtemberg), le TPD affiche une ligne social-technoprogressiste proche de celle de l’AFT Technoprog. A neuf mois des élections fédérales, nous avons interviewé Lucas Alexander Steinführ, son vice-président en charge des thématiques internationales.

 

Association Française Transhumaniste : Pouvez-vous nous raconter la genèse du TPD ? Y avait-il des forums ou listes de diffusion germanophones préexistantes ?

A. Steinführ : La création du TPD est une histoire très brève. Nos fondateurs se sont contactés via Facebook et le TPD est né peu de temps après. Nous avons ensuite mis en place un forum appelé fractalfuture.net, qui est toujours utilisé.

 

Pourquoi avoir choisi la forme du parti politique ?

Le TPD a été créé parce que nos fondateurs se sont rendu compte de la nécessité d’un transhumanisme politique, alors inexistant en Allemagne. Nos deux tâches sont la sensibilisation de l’opinion dans un premier temps, puis la création d’une base légale pour les objectifs transhumanistes. Pour tout cela, un parti politique est la façon la plus efficace de procéder.

 

Quelle est l’implantation locale du TPD ? Essayez-vous de fonder des antennes locales ?

Pour le moment, le TPD a des sections locales dans les Länder de Berlin et du Bade-Wurtemberg. Certains de nos membres sont sur le point de fonder des sections en Saxe et en Rhénanie du Nord-Westphalie. L’antenne du Bade-Wurtemberg est en train de réfléchir à un renforcement de son fonctionnement interne et à la mise en oeuvre d’actions locales indépendantes des instances fédérales.

 

Le succès relatif du Parti des Pirates en Allemagne [le Piratenpartei a obtenu des sièges dans plusieurs parlements régionaux, NDLR] a-t-il joué un rôle dans votre décision ? Quelles sont vos relations vis-à-vis de ce parti ?

Le succès du Parti des Pirates n’a eu aucune influence sur nos décisions. Notamment sur des questions d’organisation, nous essayons de ne pas reproduire les mêmes erreurs que le Parti des Pirates, qui ont abouti à leurs échecs de ces dernières années. Quelques-un de nos membres ont toutefois des liens intermittents avec le Parti des Pirates.

 

L’AFT Technoprog, en France, met en avant depuis plusieurs années un transhumanisme plus “européen” et plus socialement responsable. Quel est votre rapport à l’écosystème transhumaniste californien – Singularity University, Humanity+…?

Le TPD, en tant que parti transhumaniste technoprogressiste, a également pour but de mettre l’accent sur le versant social des thèmes transhumanistes comme l’intelligence artificielle, l’automatisation et la numérisation. Nous ne voulons pas de progrès à tout prix, mais d’un progrès qui améliore la vie de chaque individu en Allemagne et, à plus grande échelle, dans le monde entier. C’est pour cela que nous voulons mettre en place, par exemple, un revenu universel inconditionnel. Pour atteindre ce but, nous voulons intensifier la recherche encadrée de règles éthiques en Allemagne.

 

Les Ecologistes, en France, ont peu de succès au niveau national, mais font de bons scores aux élections européennes. Pensez-vous que cela pourrait fonctionner également pour un mouvement transhumaniste européen ?

Nous savons qu’il existe le potentiel pour un mouvement transhumaniste européen, et à terme mondial. Il faut simplement y travailler. Le TPD se concentre tout d’abord sur sa croissance. Ce n’est qu’une question de temps, pour travailler ensuite efficacement à la construction d’un mouvement européen qui unirait les transhumanistes sous un même drapeau. C’est pour cela que je suis vraiment content de ce premier contact entre l’AFT et le TPD, qui permet d’établir une connection entre deux mouvements transhumanistes.

 

Quelles sont vos premières expériences avec le public ? Rencontrez-vous de l’enthousiasme, de l’animosité, du scepticisme ?

Le TPD n’a pas encore eu beaucoup de confrontations avec le grand public en Allemagne. Cependant, la plupart des contacts que nous avons eu jusqu’ici ont été teintés de scepticisme. L’opinion publique en Allemagne a longtemps été, et continue à être, très prudente avec les nouvelles technologies, parce qu’il y a bien plus d’articles traitant de leurs conséquences négatives que de leurs conséquences positives ou des bénéfices. Mais nous avons aussi eu des contacts positifs, caractérisés par la curiosité et l’ouverture. Cela nous fait garder espoir.

 

Il y a en France plusieurs personnalités qui parlent du mouvement dans les médias : Laurent Alexandre, l’ancien ministre Luc Ferry. Il y a aussi quelques opposants “officiels”. Quelle est la situation en Allemagne, en ce qui concerne les médias ?

Malheureusement, il n’y a aucune personnalité reconnue qui parle ouvertement de transhumanisme en Allemagne. Comme je vous le disais, l’opinion publique est très sceptique.

 

Lien vers le site officiel

Nous avons également traduit les propositions politiques du Parti Transhumaniste Allemand. Pour les lire, cliquez sur le lien ci-dessous :

> Propositions politiques du Parti Transhumaniste Allemand <

 

Adhérer ?


Abonnez-vous à notre newsletter