Annonces technologiques … et après ?

Que sont devenus 5 grands projets technologiques h+ dont les résultats étaient annoncés pour 2020 ?

Publié le 26 septembre 2021, par

La pensée transhumaniste est parfois qualifiée de discours des promesses. Gabriel Dorthe a parlé à ce sujet de « malédiction des objets absents » [1]. Je trouve qu’il s’agit là d’un avertissement important. C’est un fait que, dans les milieux transhumanistes, de très nombreux messages d’information sont échangés pour parler des innovations en cours et des attentes ou espoirs qui en découlent, mais les participants se soucient assez rarement de ce que deviennent les expérimentations annoncées.

C’est la raison pour laquelle, depuis plusieurs années, l’AFT a mis en place un suivi des annonces technologiques les plus prometteuses du point de vue transhumaniste.

Il s’avère que 5 des annonces des années passées étaient censées aboutir avant la fin de l’année 2020. Cette année est maintenant dernière nous. Bien qu’elle ait été bouleversée par la survenue de la pandémie de Sars-Covid, quel bilan pouvons-nous tirer de ces annonces ? Lesquelles se sont réalisées, ou dans quelle mesure ? Lesquelles ont été abandonnées ou n’ont plus donné de nouvelles ?

C’est que la recherche scientifique n’est pas un long fleuve tranquille. L’échec cuisant de la principale recherche de l’institut Pasteur dans le but de trouver un vaccin contre la Covid19, ou encore les avancées chaotiques du Human Brain Project sont là pour nous le rappeler.

Voici ces cinq projets :

1/ Projet TAME : Targeting Aging with Metformin

Ce projet a été annoncé en 2015 dans un article de la revue Nature [2]. À l’époque, il était présenté par ses responsables comme devant commencer au début de l’année 2016.

Il s’agit de lancer un essai de biologie moléculaire testant la metformine, une molécule bien connue, utilisée de longue date dans la lutte contre le diabète. Cette molécule n’entraîne pas d’effets secondaires importants et elle est peu chère à fabriquer.

Or, il s’avère que des méta-études ont relevé incidemment que les personnes diabétiques traitées avec cette molécule avaient une durée de vie de plusieurs années supérieures aux mêmes malades traités différemment.

    C’est le professeur Nir Barzilai, au Albert Einstein College of Medicine à New York, qui est le principal promoteur de cette étude. Il est question de suivre plus de 3000 personnes en bonne santé, âgées de 65 à 80 ans [3], en constituant un groupe témoin sous placébo. Ceci afin de vérifier si la molécule a bien un effet sur le vieillissement, indépendamment de la maladie [4]

En 2016,  les résultats étaient escomptés pour 2021-2023, le projet devait donc durer 5 à 7 ans. Mais en août 2018, rien n’avait encore commencé. Nir Barzilai estimait alors que le projet commencerait dans 1 an ou 2 et durerait 5 ou 6 ans, ce qui devait aboutir vers 2024-2026. Malheureusement, en octobre 2020, on en était toujours à peu près au même point. Barzilaï déclara lors de l’Euro-syposium on Healthy Aging (organisé par l’association HEALES) que le projet était prêt mais qu’il ne commencerait qu’après la crise de la CoVid, renvoyant les résultats vers … 2028 [5] ! En septembre 2021, Le site de l’AFAR, principale association qui soutient ce projet indiquait être toujours à la recherche de plusieurs dizaines de millions de dollars pour pouvoir lancer l’étude !

2/ Sénolytiques :

En 2016-2017, des chercheurs de la MAYO clinic, à Rochester dans le Minnesota, annoncent le passage aux premiers tests cliniques d’une nouvelle classe de médicaments, les Sénolytiques [6]. Depuis 2011, leurs études sur les souris leur ont montré qu’il devait être possible de supprimer des cellules sénescentes de l’organisme, celles qui ont atteint la limite de Hayflick, ne se divisent plus et, devenues comme des « cellules zombies », excrètent des toxines. Chez la souris, selon certaines expérimentations, plusieurs de ces médicaments ont eu de remarquables résultats de réjuvénation. Au prix de quelques contorsions pour éviter les foudres de la FDA, qui voient d’un mauvais œil qu’ils s’intéressent au vieillissement, les équipes de Jan van Deursen et celles de James Kirkland ont obtenu les premières autorisations.

Las, la plus médiatisée et prometteuse des molécules, UBX0101, promue par la société Unity, soutenue financièrement par Jeff Bezos ou Peter Thiel, a vu, en août 2020, ses essais de phase 2 se conclurent par un échec complet. Elle a fait moins bien qu’un placebo dans l’atténuation de l’arthrose. Par contre, la combinaison d’autres molécules, le Dasatinib et la Quercétine, menée par Kirkland a donné des résultats encourageants [7].

Surtout, les essais de Van Deursen et de Kirkland se sont révélés n’être que les précurseurs de tout un mouvement. Dans leur sillage, des dizaines de laboratoires et de start-up se sont lancées dans l’aventure des sénolytiques. Les essais cliniques sur des techniques diverses se sont depuis multipliés. Mais il reste que, pour l’heure, aucune de ces expérimentations n’a définitivement abouti chez l’humain.

3/ Eligo Biotech et ses mini-robots biologiques :

En septembre 2017, on apprenait le lancement d’une start-up française issue des chercheurs du MIT et du Rockfeller Center Xavier Duportet et David Bikard [8]. Ils travaillent sur une utilisation de « pinces » CRISPR, conçues non pas pour modifier notre ADN mais pour attaquer de façon ciblée celui de certaines bactéries. Cette technique radicalement nouvelle donne l’espoir de trouver une solution à la super-résistance bactérienne, rien de moins. Dès sa création, et dans les années passées depuis, Eligo biotech a touché divers financements de plusieurs millions, par exemple de la part de Carb-X.

En 2018, Xavier Duportet espérait pouvoir commencer les essais sur l’homme en 2020. Il lui faudra attendre un tout petit peu davantage. Fin 2020, en effet, Eligo biotech a signé avec la major GlaxoSmithKline un accord de recherche et développement d’une valeur potentielle de 224 millions de dollars (pour développer une application spécifique de leur technique afin de mettre au point un nouveau traitement contre l’acné) [9]. L’accord prévoit le passage de la preuve de concept aux essais pré-cliniques. Encore un peu de patience.

4/ Ni2o et l’implant KIWI

De fin 2017 à début 2018, une pléiade d’articles de presse annonçait la prochaine ouverture d’un nouveau centre de recherche et d’opérations à l’Institut du Cerveau à Paris [10]. L’inauguration était prévue pour le 18 octobre 2018 précisément. Il s’agissait de développer un implant neuronal de nouvelle génération, sans fil, de 2mm3 de volume pour 2 grammes, théoriquement capable de lutter contre la maladie de Parkinson ou l’épilepsie, mais aussi de proposer de l’amélioration cognitive.

Son initiateur était Newton Howard, professeur de Neuroscience Computationnelle et de Neurochirurgie à l’University d’Oxford, fondateur et Directeur du Mind Machine Project du MIT et directeur du Synthetic Intelligence Lab du même MIT. La France était particulièrement honorée que cet éminent scientifique choisisse l’Institut du Cerveau plutôt que le prestigieux MIT pour développer son projet, potentiellement révolutionnaire.

À la date de l’annonce, des tests sur l’humain étaient prévus à partir de 2020.

Mais la réalité fut tout autre.  Un an à peine après sa création, la société Ni2o fut liquidée  [11] ! Newton Howard est maintenant chercheur au Nuffield Department of Surgical Sciences à Oxford UK. Il ne s’occupe plus du tout du projet KIWI [12]. Vous aurez noté que la presse n’a absolument rien dit de cet échec, ni qu’aucune explication officielle n’en a été donnée, ni par l’IC, ni par aucune autorité de recherche …

5/ Neuralink et son « neurolace » :

Beaucoup se souviennent des annonces fracassantes de Elon Musk en 2019. Dès le mois de juillet, il était question de tests chez l’humain d’un implant en « dentelle » neurale dont les essais cliniques devaient commencer fin 2020 [13].

Au final, des essais ont bien été validés, et dévoilés en fanfare par Elon Musk lui-même, sauf que l’expérimentation a été réalisée sur le cochon si l’on en croit la vidéo dévoilée par le patron de Neuralink le 28 août 2020 sur YouTube [14]. En réponse aux critiques déçus qui attendaient les premiers essais chez l’humain, Musk évoque une demande d’homologation qui aurait été déposée devant la FDA pour passer à des tests cliniques fin 2020 – début 2021. Mais rien n’a indiqué depuis que cette demande ait été jugée recevable.

Conclusions

Les cinq exemples précédents, suivis sur plusieurs années, sans constituer une étude exhaustive, donnent une petite idée de la réalité de la progression scientifique.

Ces cinq projets ont pour caractéristiques communes d’être tous exemplaires de ce que beaucoup de transhumanistes considèrent comme le plus important, à savoir les biotechnologies devant permettre une amélioration de la durée de vie en bonne santé et de la compréhension et maîtrise du cerveau. Ils ont tous les cinq été annoncés avec un fort accompagnement médiatique. Ils ont tous fait l’objet d’une prévision précise : une application à l’homme dès 2020.

À l’arrivée, aucun n’a atteint cet objectif. Ni2o a tout simplement disparu, l’essai de Unity Biotechnology a échoué, Neuralink reste à ce jour bloqué, probablement par la FDA, TAME semble toujours à la recherche de fonds suffisants et Eligo biotech, trois ans après son annonce, commence à peine.

Cela vérifie une double tendance que les scientifiques connaissent bien. D’une part beaucoup d’équipes de recherche sont prises dans le piège de la médiatisation, aujourd’hui nécessaire pour attirer les capitaux. D’autre part, mener à bien des expérimentations complexes et très innovantes est un parcours semé d’embuches. Une seule suffit souvent à faire capoter tout un projet.

Les technoprogressistes estiment important d’instaurer un suivi avec des formes de décision collective et démocratique. Dans le cadre de la compréhension, de l’encouragement et de la maîtrise des progressions technologiques potentiellement utiles à l’humanité, des mécanismes de financement, d’incitation, mais aussi de contrôles publics seraient fort utiles éthiquement, socialement et en termes scientifiques.

En définitive, pour asseoir solidement leur réflexion prospective, les transhumanistes ont intérêt à s’intéresser davantage aux résultats concrets des études abouties qu’aux promesses de scientifiques ou d’entrepreneurs en quête de financements.

    Pour conclure sur une note positive, disons que la corrélation entre la metformine et un gain de quelques années de vie existe, l’outil d’Eligo biotech pour découper l’ADN des bactérie existe, les sénolytiques existent, l’implant KIWI existe et le Neurolace existe. Inutile d’en dire davantage à ce stade. Nous en reparlerons s’ils donnent des résultats confirmés chez l’humain.

Notes

[1] Gabriel Dorthe, Malédiction des objets absents : explorations épistémiques, politiques et écologiques du mouvement transhumaniste par un chercheur embarqué, Université de Lausanne, 2019. Voir : https://wp.unil.ch/geoblog/2019/01/malediction-des-objets-absents-explorations-epistemiques-politiques-et-ecologiques-du-mouvement-transhumaniste-par-un-chercheur-embarque/

[2] Erika Check Hayden, Nature.com, « Anti-ageing pill pushed as bona fide drug », 17/06/2015. Voir : http://www.nature.com/news/anti-ageing-pill-pushed-as-bona-fide-drug-1.17769

[3] Voir le site de l’AFAR (American Federation for Aging Research) : https://www.afar.org/tame-trial

[4] voir aussi :  https://www.endocrineweb.com/news/diabetes/18692-metformin-protection-against-alzheimers-cancer-heart-disease

[5] Euro-syposium on Healthy Aging 2020 : https://www.youtube.com/watch?v=XwknZz_1fM0

[6] Megan Scudellari, Nature.com, « To stay young, kill zombie cells », 26/10/2017. https://www.nature.com/news/to-stay-young-kill-zombie-cells-1.22872 ;

LaTonya J. Hickson, Mayo Clinic, Clinicaltrials.gov, “Senescence in Chronic Kidney Disease”, 12/08/2021. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02848131

[7] Elie Dolgin, Nature.com, « Send in the senolytics », 12/11/2020.  https://www.nature.com/articles/s41587-020-00750-1#Sec7

[8] Chloé Hecketsweiler, LeMonde.fr, “Quand la Silicon Valley adoube une biotech tricolore”, 26/09/2017. Voir ; https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/26/quand-la-silicon-valley-adoube-une-biotech-tricolore_5191408_3234.html  ; 

Christine Halary, Capital, “Eligo Bioscience : des nanorobots pour tuer les bactéries”, 03/07/2018. https://www.capital.fr/votre-carriere/eligo-bioscience-des-nanorobots-pour-tuer-les-bacteries-1296059

[9] Dominique Nora, L’Obs, “Cette biotech française compte « faire la peau » à l’acné”, 11/01/2021. Voir : https://www.nouvelobs.com/sante/20210111.OBS38692/info-obs-cette-biotech-francaise-compte-faire-la-peau-a-l-acne.html  ;

Max Gelman, EndPonts News, “GlaxoSmithKline backs a preclinical acne treatment from Eligo Bioscience that uses CRISPR to kill bacteria”, 11/01/2021. Voir : https://endpts.com/glaxosmithkline-backs-a-preclinical-acne-treatment-from-eligo-bioscience-that-uses-crispr-to-kill-bacteria/ .

[10] Nuffield Department of Surgical Sciences, University of Oxford, “Researchers take major step forward in Artificial Intelligence”, 02/06/2017. Voir : https://www.nds.ox.ac.uk/news/researchers-take-major-step-forward-in-artificial-intelligence ; Cassandre Rogeret, handicap.fr, “Kiwi : l’implant qui combat les troubles du cerveau”, 23/10/2018. Voir : https://informations.handicap.fr/art-kiwi-implant-cerveau-988-11217.php  ; Voir aussi le site  de l’ancienne société Ni2o <https://ni2o.com/home/ > (inactif depuis 2019).

[11] Site Infogreffe, “Liste des actes Ni2o International”, selon un acte de dépôt du 15/07/2019. Voir :  https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/834599938-ni2o-international-750118B010290000/actes-deposes.html .

[12] Nuffield Department of Surgical Sciences, University of Oxford, “Newton Howard”. Voir :

https://www.nds.ox.ac.uk/team/newton-howard.

[13] Neuralink, YouTube, “Neuralink Launch Event” : Voir https://www.youtube.com/watch?v=r-vbh3t7WVI&feature=youtu.be&t=5402 ; Marcus Dupont-Besnard, Numérama, “Neuralink : comment Elon Musk veut faire de vous des humains augmentés”, 17/07/2019. Voir : https://www.numerama.com/tech/534077-neuralink-comment-elon-musk-veut-faire-de-vous-des-humains-augmentes.html?utm_medium=distibuted&utm_source=feedly&utm_campaign=534077.

[14]  CNET Highlights, YouTube, “WATCH: Elon Musk’s Neuralink Presentation (full working demo)”, 28/08/2020 : Voir https://www.youtube.com/watch?v=sr8hzF3j2fo.

Porte-parole de l’Association Française Transhumaniste : Technoprog, chercheur affilié à l’Institute for Ethics and Emerging Technologies (IEET). En savoir plus