Accueil > Non classé > Communiqué : Colloque « Affronter le transhumanisme »

Communiqué : Colloque « Affronter le transhumanisme »

Le 17 janvier prochain doit être organisé à l'Assemblée nationale un colloque intitulé "Affronter le transhumanisme », organisé par une députée d'extrême-droite. Nous réagissons à la prétention des organisateurs à la neutralité alors qu'ils n'envisagent pas une minute de confronter directement leurs vues avec les tenants du transhumanisme.

Publié le 3 janvier 2018, par | Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Communiqué

Colloque « Affronter le transhumanisme »

à l’Assemblée Nationale :

Affronter qui ?

 

Le 17 janvier 2018 doit être organisé à l’Assemblée nationale un colloque intitulé « Affronter le transhumanisme ». Il s’agit d’une initiative de la députée Marie-France Lorho, élue de la Ligue du Sud, un parti d’extrême droite fondé par Jacques Bompard.

La liste des orateurs attendus est assez éloquente : Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune (auteur en 2016 du livre Les premières victimes du transhumanisme), l’abbé de Tanoüarn, le rédacteur en chef du site Boulevard Voltaire et celui de Riposte Catholique.

Mis à part l’émoi qu’à suscité l’utilisation du logo de l’Assemblée par les organisateurs et la perspective que soient discutées les vues les plus régressives entre les murs où siège la représentation nationale, nul ne semble s’être trop préoccupé de vérifier de quoi il s’agissait. Quel est ce monstre qu’il semble urgent d’affronter ?

Jean-Marie Le Méné semble bien une fois de plus décidé à donner à son auditoire sa définition du transhumanisme (4ème conférence du programme : « Qu’est-ce que le transhumanisme ? »). Nous avons déjà entendu son interprétation dans de nombreux colloques. Le problème est qu’il s’agit d’une vision complètement fantasmatique. Nous ne sommes pas loin de voir les transhumanistes caricaturés avec un couteau entre les dents et prêts à dévorer les petits enfants.

Mme Marie-France Lorho, dans un Tweet, assurait ses détracteurs de la qualité des échanges du colloque, lesquels seraient, selon elle éloignés de tous préjugés. Mais pour bien affronter les transhumanistes et garantir que leur pensée ne soit pas dévoyée, n’aurait-il pas fallu les inviter à prendre la parole ?

AFT-Technoprog

Adhérer ?


Abonnez-vous à notre newsletter