Communiqué de presse : La révolution de l'âge nécessite une révolution des recherches

Dans le cadre de la concertation relative à la « loi d'orientation et de programmation pour l'adaptation de la société au vieillissement », l’Association française transhumaniste : Technoprog a fait parvenir au cabinet du premier ministre le communiqué suivant …

Publié le 22 janvier 2014, par

Communiqué de presse :

 

Pour information,

Dans le cadre de la concertation relative à la « loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement », l’Association française transhumaniste : Technoprog a fait parvenir au cabinet du premier ministre le communiqué suivant qui a été transmis le vendredi 20 décembre aux services de Madame Michèle DELAUNAY, Ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie.

 

<< La révolution de l’âge nécessite une révolution des recherches pour une vie en bonne santé beaucoup plus longue

Jamais dans l’histoire de l’humanité, les femmes et les hommes n’ont vécu aussi longtemps. En France, l’espérance de vie moyenne est d’environ 82 ans.

La durée de vie médiane (âge auquel la moitié des personnes vivent encore tandis que l’autre moitié est décédée) est encore plus longue, de même que la durée de vie moyenne des femmes.

De nombreuses indications donnent à penser que l’augmentation de la durée de vie en bonne santé va pouvoir se poursuivre dans les années à venir, peut-être même pour atteindre des niveaux jamais atteints jusqu’ici.

De toutes les causes de mortalité et de morbidité, ce sont celles liées au vieillissement qui sont aujourd’hui, de loin, les plus importantes. Plus de 85 % des décès en France font suite à des maladies liées au vieillissement.

Pour permettre aux citoyens une vie en bonne santé plus longue, pour que l’espérance de vie en bonne santé continue de croître rapidement, la recherche en matière de santé doit être renforcée. Les recherches effectuées par des organismes privés sont importantes et nécessitent donc des encadrements accrus. Par-delà cet encadrement, des investissements pour le renforcement de la recherche publique sont également nécessaires pour garantir à moyen terme une médecine de la longévité accessible à tous et non seulement aux plus riches.

Des moyens financiers, matériels et intellectuels accrus sont nécessaires en ce qui concerne les recherches liées (par ordre d’importance):

·      aux processus biologiques du vieillissement, la compréhension de ces processus pouvant permettre, à terme, de contrôler, de ralentir, voire d’inverser le vieillissement;

·      aux maladies liées au vieillissement, en commençant par les domaines les plus complexes et qui provoquent la mortalité et la morbidité la plus importante, c’est-à-dire les maladies neuro-dégénératives (principalement la maladie d’Alzheimer) et les cancers;

·      à l’effet de l’alimentation (lutte contre l’obésité) et du mode de vie (exercice physique);

·      à l’amélioration de l’environnement (lutte contre les pollutions principalement la pollution atmosphérique);

·      aux anticipations socio-économiques qu’une telle révolution rend nécessaires. Une grande partie de nos repères sociaux et de nos équilibres économiques étant amené à être bouleversés, il est crucial de penser en amont la manière dont pourra s’effectuer la transition.

Le rôle que la France (et l’Union européenne) peut jouer dans ces recherches scientifiques est fondamental pour le bien-être de ses habitants. Ces recherches sont utiles pour des raisons éthiques, économiques, sociales et politiques. Le rôle positif de la recherche ne s’arrête pas aux frontières de l’hexagone. Depuis 2011, l’espérance de vie a dépassé les 80 ans dans les pays de l’OCDE. La durée de vie moyenne d’un citoyen du monde en 2013 est d’environ 67 ans. Sur la planète, deux-tiers des décès et la majorité des maladies sont dorénavant liés au vieillissement. La recherche médicale relative aux affections découlant de l’avancée en âge est donc potentiellement utile non seulement à « nos » personnes âgées, mais à la majorité des citoyens de la planète.

La recherche médicale et scientifique en matière de grande longévité sera un des enjeux majeurs des prochaines décennies. L’enjeu principal est la prévention biomédicale du vieillissement pour d’abord allonger la vie en bonne santé. C’est une bonne nouvelle pour la France qui, a des capacités considérables dans le domaine médical. Lorsque les scientifiques se mobilisent pour la santé et suscitent une émulation pour l’amélioration de l’existence de tous, c’est également une bonne nouvelle pour développer un monde plus solidaire et plus pacifique. Ce sera plus encore une bonne nouvelle si la priorité est donnée à des recherches suscitées, financées, encadrées par les pouvoirs publics et permettant à terme une longévité accrue pour tous, en commençant par les plus faibles.              >>

Le CA de l’AFT:Technoprog

    AFT Technoprog

logo-H+D2