Discographie transhumaniste

Voici une sélection de dix morceaux d’artistes et de genres musicaux très différents, mais qui se rapportent tous, à leur manière, au transhumanisme.

Publié le 9 mai 2021, par

The Lisps : Singularity

Les thèmes transhumanistes sont-ils nécessairement traités par des artistes de musique électronique ? Non ! Le groupe new-yorkais de folk The Lisps, qui a sorti en 2011 cette longue réflexion sur la singularité, en est la preuve. 

Alphaville : Forever Young

Le groupe allemand Alphaville tire son nom du film de science-fiction de Jean-Luc Godard, et ce titre très connu est quasiment l’hymne des longévitistes. La chanteuse Dorian Electra en a fait une parodie (ironique ?) inspirée de Ray Kurzweil.

The Mung Beings : Transhuman

Une grande partie des thèmes du transhumanisme sont évoqués dans ce morceau de rap des Mung Beings.

David Bowie : Changes

“Changes” de David Bowie (1971) parle de transformations en général, mais on sait que le créateur de Ziggy Stardust était sensible aux thèmes de l’humanité augmentée. Il confiait dans un entretien de 1976 : “J’ai toujours eu une sorte de besoin répulsif d’être quelque chose de plus qu’humain. Je me sentais très chétif, en tant qu’humain. Je me disais : Merde, j’ai envie d’être un surhomme.”

AIVA : On the Edge

AIVA, programme d’intelligence artificielle, est connu pour générer des partitions et arrangements très classiques, à partir de grandes bases de données. Ses créateurs ont été étonnés de découvrir un jour un “tube” plutôt pop-rock sortir de ces sessions. Dans le même genre, signalons Mr Shadow de Benoît Carré, et ce “paysage sonore adaptatif” de la musicienne Grimes, transhumaniste notoire et par ailleurs compagne d’Elon Musk (Neuralink).

Hatsune Miku : World is Mine

Un concert donné par un hologramme, des paroles chantées par un vocaloïd (logiciel de synthèse vocale), une communauté de compositeurs éparpillée dans le monde entier… qui ne connaît pas encore Hatsune Miku, personnage fictif et star au Japon ?

LORN : ANVIL

Un morceau contemplatif de LORN, musicien colombo-américain à l’univers plutôt sombre. La vidéo, réalisée par Geriko (Hélène Jeudy et Antoine Caëcke), dépeint un téléchargement de l’esprit. Un peu dystopique, mais bon, c’est assez rare pour être signalé !

Extra Terra : The Singularity is Near

Extra Terra est proche du mouvement transhumaniste et les titres de ses morceaux sont évocateurs. Il est intervenu lors du dernier “Tomorrow For Good” 2020. De manière générale, on peut dire que les artistes de musique électroniques sont de grands pourvoyeurs de morceaux futuristes ou techno-optimistes. Citons par exemple “Deep Blue” (Ladytron) qui semble s’adresser au logiciel d’IBM qui a battu Garry Kasparov aux échecs, ou encore le mouvement trance music des années 1990 et 2000 (MFG, X-Dream).

JB Dunckel : Transhumanity

Le membre du duo français Air a sorti il y a deux ans un album intitulé H+… pouvions-nous ne pas en parler ici ? 🙂 

Charlie Kam : I am the very model of a singularitarian

Pour terminer cette courte et partielle sélection, une chanson créée par un authentique transhumaniste militant, membre de la WTA (aujourd’hui Humanity+) : Charlie Kam. Son message : “Je suis un singularitarien typique”. Une introduction pleine d’humour au mouvement transhumaniste !

Parisien, né l'année où Madonna sortait son premier disque. A adhéré à l'AFT en 2013. « Dans toutes les espèces animales et chez l’homme, la récompense ne s’obtient que par l’action. Le bonheur ne vous tombe qu’exceptionnellement tout préparé dans les bras. Il faut aller à sa rencontre, il faut être motivé à le découvrir, à tel point qu’il perd de son acuité s’il vous est donné sans être désiré. La pulsion primitive est indispensable, celle de la recherche du plaisir, de l’équilibre biologique » (Henri Laborit) Je me suis toujours intéressé aux questions scientifiques insolubles comme celle du temps, de la conscience ou de l’origine de l’univers. Certains professeurs d’architecture et d’urbanisme m’ont orienté vers la prospective et donné le goût de l’anticipation. Puisqu’un bâtiment, et a fortiori une ville, vont durer plusieurs siècles, peut-on raisonnablement tenter de deviner l’évolution de la société à très long terme ? Puis j’ai découvert que le mouvement technoprogressiste englobait plusieurs thèmes qui m’étaient chers : anti-âgisme, droit à la différence, transidentité…