La situation du transhumanisme et du mouvement longévitiste en Corée du Sud: YoungHoon Kim

En Corée du Sud, l’opinion publique nationale ne prête pas attention au transhumanisme et au mouvement pour la longévité.

Publié le 31 août 2020, par

En Corée du Sud, l’opinion publique nationale ne prête pas attention au transhumanisme et au mouvement pour la longévité. Ainsi, leurs partisans sont peu nombreux. S’il y a des personnes qui s’intéressent au transhumanisme, ce sont surtout des opposants.

Cependant, ironiquement, le public sud-coréen a plus qu’un intérêt pour la technologie et la singularité de l’IA introduits par Nick Bostrom et Ray Kurzweil. Même s’ils ne savent pas que c’est en rapport avec le transhumanisme, essentiellement parce que les livres ou les médias sud-coréens n’ont pas souligné cette relation, et trop peu parlé du transhumanisme en lui-même. C’est pourquoi le public n’a pas réalisé, jusqu’à présent, qu’être en faveur de la technologie de l’IA fait partie du transhumanisme.

Dans le monde universitaire, c’est un fait que le nombre d’articles académiques concernant le transhumanisme a progressivement augmenté. Cependant, la plupart sont issus d’affiliations religieuses et d’opposants au transhumanisme qui défendent leurs convictions et leurs principes religieux. Parce qu’ils considèrent que le transhumanisme fait partie du mouvement religieux pour l’immortalité en tant que vie éternelle. C’est pourquoi, en Corée du Sud, les érudits conservateurs du christianisme défendent la distinction entre la vie religieuse éternelle et l’immortalité scientifique, et ils considèrent également les transhumanistes comme de nouveaux opposants qui souhaitent substituer la science à la religion, comme le scientisme de Richard Dawkins. 

Pour remédier à cela, comme la plupart des défenseurs publics de la technologie, de la longévité et de l’IA, à l’instar de Ray Kurzweil et Nick Bostrom, si des intellectuels influents publiaient des livres sur ce qu’est le transhumanisme, il serait possible d’avoir de nombreux partisans du transhumanisme. Les Sud-Coréens n’ont pas eu l’occasion d’apprendre ou de connaître ce qu’est le transhumanisme et sa relation avec la technologie. Apparemment, les facteurs négatifs ont été le fait d’érudits religieux conservateurs, mais actuellement, le public sud-coréen ne soutient pas la religion ou l’affiliation religieuse en raison du risque moral que représentent les chefs religieux tels que les pasteurs qui, malheureusement, ont commis un certain nombre de crimes.

Plus important encore, comme mentionné ci-dessus, le public a besoin de la chance d’apprendre ce qu’est le transhumanisme par des transhumanistes ou des scientifiques maîtrisant le coréen. La notion de transhumanisme et de longévité elle-même est actuellement bien loin d’une reconnaissance publique en Corée du Sud. Je suppose qu’elle nécessite la participation active d’intellectuels qui articulent leur relation (mouvements de transhumanisme et de longévité) avec la technologie de l’I.A. et la singularité, ce qui est éventuellement acceptable.