Paroles d’adhérents (3)

Qui sommes-nous ? Cette série d'entretiens informels montre les technoprogressistes de l'AFT sous un jour plus familier. Cette semaine : Antoine.

Publié le 2 février 2022, par

Peux-tu te présenter rapidement ?  

Je m’appelle Antoine, 30 ans, chirurgien-dentiste. Je suis très curieux et il est rare qu’un sujet ne m’intéresse pas (politique, science, philosophie, littérature…).

Comment as-tu connu le transhumanisme, ou les thèmes principaux du transhumanisme ?

Fan de Star Wars depuis mes 5 ans, la science-fiction a toujours fait partie de ma vie. Il m’a toujours semblé que le progrès technique qui repousse nos conditions biologiques était la suite logique, c’est le contraire qui m’étonnait. Depuis aussi longtemps que je me souviens, je lis sur les progrès (notamment de la médecine) dans des magazines tels que Science et Vie, etc.

Quel a été le déclic pour adhérer à l’AFT-Technoprog ?

J’étais content d’avoir trouvé une communauté où échanger des idées, et en recevoir de nouvelles pour améliorer mes réflexions. J’ai eu depuis plein d’échanges très enrichissants sur des sujets que je découvrais parfois totalement.

Comment vois-tu l’avenir à court terme (10 prochaines années), moyen (50 prochaines années) et long termes (2100, 2200) ?

Je n’attends pas de progrès spectaculaires dans les 10 prochaines années, mais c’est très difficile à dire car il suffit parfois de briser un obstacle pour entraîner toute une chaîne de conséquence positive dans plein de domaines adjacents ou mêmes lointains. Il faudrait surtout une évolution des mentalités afin de revoir les priorités de la société sur la place de l’humain, de l’argent, du travail, du climat, pour donner les impulsions dans la bonne direction !

A moyen terme, je souhaite (plus que je n’espère) des progrès sensibles sur la longévité, notamment de quoi atteindre la vitesse d’échappement, sur la durée de vie en bonne santé bien sûr, sur l’éradication des causes de morts évitables (souvent par des moyens que nous avons déjà, mais dont la mise en oeuvre peine à se faire…) et sur la qualité de vie notamment par la libération du travail contraint (je ne sais pas quand est-ce qu’au 20ᵉ siècle, on a oublié que l’augmentation de la productivité devait nous permettre de nous libérer du travail) 

A long terme, je rêve d’exploration spatiale, de maîtrise de la matière et de l’énergie à un point où l’on pourra faire presque tout, en considérant simplement l’univers comme des lego, des petites briques à assembler comme bon nous semble. Mais je ne néglige pas les risques et la stupidité de l’Humain…

Quel est le domaine qui te semble le plus important, ou qui t’intéresse le plus, dans le transhumanisme ?

Je dirais en premier lieu la longévité en bonne santé, puisque c’est la première condition pour pouvoir voir l’avènement du reste ! 

Pour finir, quels sont tes centres d’intérêt hors transhumanisme ?

Je trouve que le transhumanisme est en lien avec tellement de domaines que je n’en sors presque jamais vraiment. Pour moi, ce n’est pas une idéologie mais l’histoire de l’Humanité. 

Sinon, je lis beaucoup, des articles, de la fantasy, SF, philosophie… Je regarde beaucoup de vidéos sur des sujets très variés, je fais du sport (randonnée, à pied comme à vélo). J’aime la zoologie, le jardinage, les voyages, la musique, l’astronomie, la zététique…

Quelle image choisirais-tu pour illustrer cet interview, et pourquoi ? 

La main robot de Luke Skywalker, car je crois que c’est là que tout a commencé pour moi 🙂