Records de longévité. Mort de la mort. Juin 2021. Numéro 147.

Les records de longévité chez les organismes vivants. Comment l'étude de ces organismes peut nous aider à vivre (beaucoup) mieux ?

Publié le 30 juin 2021, par

Le N°147 de cette lettre mensuelle a été publié en juin 2021, sous le titre Records de longévité des organismes vivants.

Vous pouvez (gratuitement) lire l’article en entier en CLIQUANT ICI.

L’association HEALES, publie la lettre intitulée La mort de la mort depuis 2009. Didier Coeurnelle, co-président de HEALES ainsi que de l’Association Française Transhumaniste « Technoprog » est l’éditeur en chef de cette lettre.

Illustration turritopsis nutricula, records de longévité

Shin Kubota et la méduse Turritopsis nutricula

Le scientifique Shin Kubota exprime sa vision dans le New York Times : “L’application de Turritopsis pour les êtres humains est le rêve le plus merveilleux de l’humanité. Une fois que nous aurons déterminé comment la méduse se rajeunit, nous devrions réaliser de très grandes choses. Mon opinion est que nous allons évoluer et devenir nous-mêmes immortels.” (Traduction, 28 novembre, 2012)

Records de longévité : quelles caractéristiques ?

La durée de vie maximale des êtres vivants est fortement variable selon les espèces. Globalement, pour les animaux, la durée de vie maximale est plus longue avec un ou plusieurs des facteurs favorables suivants (par ordre d’importance).

  1. Les prédateurs sont rares 
  2. Le métabolisme est lent 
  3. La taille est grande

Pour en savoir plus à propos de ces questions, du rat-taupe nu au requin du Groenland en passant par la méduse Turritopsis nutricula et un rotifère qui a survécu à 24 000 ans de gel, lisez l’article complet sur le site de HEALES.


Pour en savoir plus sur le sujet du vieillissement, vous pouvez également consulter cette page et également ce site web.