Accueil > Immortalité ?transhumanisme > Au-delà de 115 ans, votre ticket ne sera-t-il jamais plus valable ? La mort de la mort. Avril 2018. N° 109. 

Au-delà de 115 ans, votre ticket ne sera-t-il jamais plus valable ? La mort de la mort. Avril 2018. N° 109. 

  Pour les hommes de science, la mort n’est pas un destin inévitable, mais simplement un problème technique (…). Nos meilleurs esprits ne perdent pas leur temps à essayer de donner un sens à la mort (…). Nous sommes maintenant au point où nous pouvons être francs à ce sujet. Le projet de la révolution... [lire la suite]

Publié le 30 avril 2018, par | Suivez-nous : facebook  

 

Pour les hommes de science, la mort n’est pas un destin inévitable, mais simplement un problème technique (…). Nos meilleurs esprits ne perdent pas leur temps à essayer de donner un sens à la mort (…). Nous sommes maintenant au point où nous pouvons être francs à ce sujet. Le projet de la révolution scientifique est de donner la vie éternelle à l’humanité. Même si tuer la mort semble un objectif lointain, nous avons déjà réalisé des choses inconcevables il y a quelques siècles (…). Quelques érudits sérieux suggèrent que d’ici 2050, certains humains deviendront a-mortels (…). En l’absence de traumatismes graves, leur vie pourrait être prolongée indéfiniment. Sapiens: A Brief History of Humankind, page 298. 2014. Yubal Noah Harari (traduction).


Thème du mois. Le mystère des supercentenaires s’épaissit


Description de la situation

La durée de vie moyenne continue à s’allonger même dans les pays où les hommes, et les femmes vivent plus de 80 ans. Il y a plus d’octogénaires, de nonagénaires et de centenaires que jamais dans l’histoire de l’humanité, tant en chiffres absolus qu’en pourcentage.

Par contre, la durée de vie maximale n’augmente pas. La personne qui a vécu le plus longtemps dans l’histoire de l’humanité est Jeanne Calment. Elle est décédée à l’âge de 122 ans en 1997. Au cours de ce mois d’avril, la doyenne de l’humanité, qui avait 117 ans, est décédée. Étant donné que la femme la plus âgée vivante aujourd’hui n’a « que » 116 ans, cela signifie qu’il faudra encore au moins 7 ans pour que la durée de vie humaine maximale jamais atteinte soit dépassée.

Plus généralement, le nombre de supercentenaires, c’est-à-dire les personnes atteignant 110 ans et plus, reste extrêmement faible et la durée moyenne de survie de ces personnes exceptionnelles est très courte, moins d’un an. La probabilité pour un centenaire d’atteindre 110 ans semble même moindre aujourd’hui qu’à la fin du 20è siècle.

Le fait que la durée moyenne de vie augmente mais que la durée maximale stagne a pour conséquence que nous avons de plus en plus une « rectangularisation » des courbes de décès qui se concentrent sur une tranche d’âge assez étroite. Pour les femmes en France, l’âge de la fin de vie se déroulera, dans la majorité des cas, entre 85 et 100 ans. Pour les hommes, ce sera trois ou quatre ans plus tôt, après 80 ans jusqu’aux environs de 95 ans. Il est remarquable de constater que cette concentration de l’âge des décès est mondiale. C’est dans les pays pauvres ou la durée de vie moyenne est courte que la croissance de la durée de vie est la plus rapide (notamment dans les pays de l’Afrique subsaharienne) et c’est dans les pays les plus riches où la vie est plus longue que la croissance est la plus lente avec des signes de stagnation. De ce point de vue, le monde n’a jamais été aussi égalitaire.

En mars 2013. Une première lettre sur ce thème, intitulée Le mystère des supercentenaires était parue. Cinq années plus tard, une polémique scientifique et médiatique s’est développée suite à la publication en 2016 d’un article de Nature relatif à une limite constatée de la durée de vie autour de 115 ans. Cet article vise à établir qu’il y a une durée extrême de vie aux alentours de cet âge. L’idée à été contestée par certains longévitistes et appréciée par certains bioconservateurs. Dans les deux cas, les commentateurs omettent généralement de citer une phrase, courte mais importante, de l’article qui précise que cette limite semble absolue en l’absence de progrès médicaux.

Comment se fait-il que tous les progrès de la médecine de ce siècle et de la fin du siècle passé, toutes les accélérations technologiques, échouent à allonger la durée de vie de nos concitoyens les plus âgés ? Nous analysons le patrimoine génétique de millions de personnes et comprenons de plus en plus la complexité de l’humain, nous guérissons plus souvent du cancer, la mortalité due aux maladies cardiovasculaires décroît … mais être supercentenaire aujourd’hui est un évènement aussi exceptionnel qu’être centenaire dans la Grèce antique où les premiers empires chinois. Pourquoi ?

Explications envisagées non liées à l’état de santé proprement dit

Jusqu’à un certain âge, beaucoup de gens cherchent à être perçus comme jeunes. Mais pour les personnes les plus âgées, c’est souvent le contraire, elles cherchent à se faire passer pour plus âgées.

Les affirmations concernant de très longues vies de 130 ans et plus sont quasiment certainement fausses. En effet, comme la mortalité à 110 ans est d’au moins 50 % chaque année, il y a statistiquement moins d’une chance sur un million pour une personne de 110 ans d’atteindre 130 ans. Or, il n’y a que quelques centaines de personnes de 110 ans et plus dans le monde.

Il est presque certain que la plupart des prétendus supercentenaires du passé aient été des personnes moins âgées qui se sont « vieillies » pour apparaître plus sages ou pour bénéficier d’avantages matériels (échapper à la conscription, recevoir une pension, …). Il est d’ailleurs à noter que les affirmations extrêmes concernent souvent des hommes. Or, plus de 80 % des centenaires sont des femmes et l’homme le plus âgé au monde actuellement n’a que 112 ans.

La longévité extrême était donc exagérée autrefois mais ceci n’explique pas les stagnations constatées par le Gerontology Research Group (GRG). Depuis une trentaine d’années, ce groupe recense les supercentenaires en vérifiant les preuves des dates de naissance. Les revendications « fantaisistes » sont donc écartées. Logiquement, toutes choses étant égales par ailleurs, il devrait y avoir une croissance plus que proportionnelle du nombre constaté de supercentenaires étant donné que l’administration d’il y a 110 ans (attestant des supercentenaires vivants aujourd’hui) était généralement meilleure que celle d’il y a 130 ans (attestant des supercentenaires qui vivaient il y a 20 ans). Ce n’est pas le cas, même si l’âge moyen de décès des supercentenaires « vérifiés » croît lentement.

Certains ont évoqué « l’accident » statistique ». Jeanne Calment serait un phénomène isolé et les supercentenaires ne sont pas suffisamment nombreux pour pouvoir tirer des conclusions. Cette explication devient de moins en moins défendable au fur et à mesure que le nombre de centenaires grandit alors que celui des supercentenaires stagne. Ainsi en France il y avait 8.063 centenaires en 2000 et 16.255 en 2018. Le nombre de supercentenaires vérifiés par le CRG est lui passé de 8 en 2000 à seulement 3 en 2014 (le nombre réel de supercentenaires est probablement plus élevé).

Explications liées aux conditions de santé

Ce qui ne te tue pas te renforce est une maxime entendue parfois en psychologie et dans le domaine de la santé. Si cette idée est correcte, il est envisageable que les personnes devenant supercentenaires au cours des dernières décennies aient été moins soumises à des épisodes difficiles les renforçant et donc soient moins résistantes à l’extrême vieillesse.

À l’inverse, il est envisageable que les personnes décédées au siècle passé aient été favorisées pour tout ou partie de leur vie par rapport aux supercentenaires nés plus tard. Ceci pourrait avoir un impact positif pour leur durée de vie.

Dans les deux cas, il faut d’abord établir quelles circonstances chronologiquement spécifiques sont à considérer sachant qu’il ne doit pas s’agir d’un évènement géographiquement limité puisque le phénomène « d’assèchement » se produit du Japon à la France en passant par les USA et la Russie.

En ce qui concerne l’hypothèse du renforcement par des circonstances difficiles, il semble plutôt que des conditions de vie très dures bien avant la vieillesse diminuent l’espérance de vie plutôt que de l’augmenter.

En ce qui concerne l’hypothèse de circonstances qui se seraient dégradées par rapport au passé, elle apparaît improbable car globalement le 20ème siècle à été bien plus caractérisé par des progressions que par des régressions. Mais il est un domaine où l’évolution comprend d’importants aspects négatifs, c’est celui de la pollution, particulièrement la pollution atmosphérique, notamment les particules fines.

La pollution n’est pas apparue récemment, très loin de là. Mais beaucoup de sources de pollution, dont les particules fines et les radiations nucléaires, sont plus récentes et présentes partout dans le monde à des doses variables.

Si ces pollutions sont nuisibles à la santé de manière cumulative au cours d’une vie, cela pourrait expliquer le phénomène étudié.

Ce raisonnement très inquiétant a au moins deux faiblesses :

  • Il n’explique pas en quoi la pollution aurait des conséquences fortement négatives pour les supercentenaires mais pas pour les centenaires.
  • Il ne semble pas confirmé par l’examen de l’origine des populations de supercentenaires. Le Japon et la France par exemple qui comptent de nombreux supercentenaires ne sont pas particulièrement dépourvus de pollution atmosphérique.

Une maladie inconnue ?

Il reste l’hypothèse d’une affection touchant surtout les personnes très âgées. À l’appui de ce concept, il faut noter que beaucoup de centenaires et supercentenaires décèdent d’une affection peu connue, l’amylose sénile de la transthyrétine, maladie qui se caractérise par l’accumulation d’un certain type de protéine (la transthyrétine) dans le coeur.

Ici aussi, il reste à expliquer :

  • Pourquoi cette maladie aurait-elle plus de conséquences létales aujourd’hui qu’hier.
  • Pourquoi cette maladie aurait des conséquences négatives plus importantes pour ceux atteignant les âges les plus élevés mais moins fortes pour les « simples » centenaires.

La solution du mystère appartient aux chercheurs

La conclusion temporaire de cette lettre est que la communauté scientifique ignore à ce jour pourquoi le nombre et l’âge maximal des supercentenaires stagne voire diminue.

Imaginons que les bâtiments de nos villes se dégradent de moins en moins vite durant un siècle puis se mettent à s’abîmer plus rapidement, cela aurait probablement un plus grand impact sur l’opinion publique que la situation décrite dans cette lettre.

Il est vrai qu’un bâtiment de 100, 120 ou 150 ans bien entretenu peut-être comme neuf.

Ce dont nous pouvons être quasiment certains, c’est qu’il faudra des progrès médicaux considérables et « de rupture » pour franchir le « plafond de verre » des 115 ans. Des « ravalements de façade », une médecine classique ne suffiront pas. La « rectangularisation de la courbe des décès » – qui a été citée en début d’article – a pour conséquence que ces progrès seront utiles à de plus en plus de citoyens.


La bonne nouvelle du mois : de plus en plus de mises en commun de données publiques de santé à des fins de recherche


Le 16 avril 2018, la Commission européenne a annoncé que 13 pays européens ont signé une déclaration pour permettre l’accès transfrontalier à leurs informations génomiques. Ceci est une étape très importante pour le partage des données génomiques utile à la recherche médicale.

En France, suite à un large débat relatif à l’utilisation de l’intelligence artificielle, le Président Macron, présentant au Collège de France le rapport intitulé Donner un sens à l’intelligence artificielle : pour une stratégie nationale et européenne a annoncé la création d’un hub des données de santé en déclarant notamment Nous avons un véritable avantage, c’est que nous possédons un système de santé très centralisé avec des bases de données d’une richesse exceptionnelle. Elles sont parmi les plus importantes au monde et mettent à notre portée des découvertes scientifiques majeures.

La prise de conscience par les autorités publiques dans l’Union européenne de l’utilité pour la recherche médicale de la mise en commun des données des citoyens (en préservant l’anonymat) est un pas considérable pour la recherche médicale contre la sénescence.


Pour en savoir plus :

 

 


Pour être tenu au courant des nouveaux articles du site, abonnez-vous à notre page Facebook, notre compte Twitter et/ou notre Newsletter mensuelle. Adhérer ?


Abonnez-vous à notre newsletter