Accueil > Homme augmentéImmortalité ?Question socialeRisquestranshumanisme > 10 questions fréquentes

10 questions fréquentes

Nous recevons un grand nombre de questions par mail. Pour débroussailler le terrain, voici la réponse à dix questions parmi les plus fréquentes.

Publié le 21 septembre 2017, par | Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Depuis quelques années, je réponds régulièrement à des questions adressées par mail à l’association. En voici dix parmi les plus fréquentes. Réponses-ci-dessous.

 

  • 1. Quelle est votre définition du transhumanisme ?
  • 2. Quels sont les avantages du transhumanisme ?
  • 3. Quels sont les dangers des progressions technologiques ?
  • 4. L’immortalité est-elle envisageable ?
  • 5. Quelles sont les limites du transhumanisme ?
  • 6. Allonger la durée de vie, cela ne va-t-il pas mener à une crise de surpopulation ?
  • 7. Le transhumanisme ne va-t-il pas créer une humanité à deux vitesses ?
  • 8. Quels sont les différents mouvements transhumanistes ?
  • 9. Quel est l’objectif de votre association ?
  • 10. Comment votre association est-elle financée ?

Note : Il s’agit de réponses personnelles que je pourrais faire par mail, sans prétention « officielle ».

 

1. Quelle est votre définition du transhumanisme ?

Au sens strict, le transhumanisme est un courant de pensée qui considère qu’il peut être souhaitable (sous certaines conditions, et pour ceux qui le souhaitent) d’« augmenter » ou améliorer l’humain par la technologie, afin d’étendre le champ de nos possibilités et de nos libertés.

Plus concrètement, il y a trois aspects principaux :

  • L’allongement radical de la durée de vie en bonne santé (ralentir voire annuler le vieillissement).
  • L’augmentation cognitive : davantage d’intelligence, de créativité, d’empathie, etc.
  • L’augmentation prosthétique : prothèses et implants, réalité virtuelle, contrôle par la pensée, communication par la pensée

Dans un sens plus large, le transhumanisme est un mouvement en faveur de progressions technologiques utiles à la société, mais conscient que les évolutions technologiques comprennent également des risques.

Pour plus de détails sur les motivations et les différents aspects du transhumanisme, voir les parties « Pourquoi le transhumanisme ? » et « Aspects du transhumanisme » de cette page.

 

2. Quels sont les avantages du transhumanisme ?

1) Possibilité de vivre beaucoup plus longtemps en bonne santé, et donc de faire beaucoup plus de choses dans sa vie : projets, expériences, découvertes, rencontres…

2) Atteindre un plus haut niveau d’intelligence, être capable de concevoir des choses beaucoup plus complexes et abstraites. Cela peut être vu comme un but en soi (perfectionnement de l’esprit humain), mais aussi comme un moyen d’inventer et de créer toujours plus et plus loin : art, science, découverte spatiale…

3) Ressentir davantage, devenir plus conscient, plus moral, plus empathique… Cela permettrait d’une part d’« exister » davantage, et d’autre part d’avoir un comportement plus altruiste en société, pour le bénéfice de tous.

4) Augmenter ses possibilités, par exemple avec la réalité virtuelle et l’interfaçage cerveau-machine : possibilité d’explorer des mondes virtuels plus vrais que nature, de taper des messages par la simple pensée, voire de communiquer directement par la pensée (des idées, mais aussi peut-être des sentiments, sensations, visions, etc).

Pour le point 1, voir « Une vie plus longue ». Pour les points 2 et 3, voir « Augmentation cognitive et morale ». Pour le point 4, voir « Prothèses et augmentations corporelles ».

 

3. Quels sont les dangers des progressions technologiques ?

1) Risque d’inégalités extrêmes (en terme de longévité, intelligence, puissance…) si ces améliorations ne bénéficient qu’à une petite élite.

2) Risque de dépendance au secteur privé. Par exemple, si sa prothèse de bras (ou son traitement permettant de vivre au-delà de 150 ans) appartient à un cartel d’entreprises qui peut en fixer le prix ou les retirer brutalement du marché. La situation de quasi-monopole d’acteurs comme Google rend cela envisageable.

3) Plus généralement, risque de marchandisation de « tout » (corps humain, procréation, durée de vie…), d’extension du copyright à tous les aspects de la vie, etc.

4) Risque de catastrophes menaçant la survie de l’humanité : création accidentelle d’un virus surpuissant, d’une intelligence artificielle hors de contrôle, etc.

Pour les points 1, 2 et 3, voir « Transhumanisme et risques sociaux ». Pour le point 4, voir la page « Risques ».

A noter qu’au regard de ces risques, notre association milite pour…

  • Rendre ces technologies accessibles au plus grand nombre (par exemple, en encourageant la recherche publique visant à vivre plus longtemps en bonne santé).
  • Limiter les excès du copyright, développer l’« open source » au sens large (informatique, technologique, génétique…) pour limiter la dépendance au secteur privé.
  • Anticiper et prévenir les « risques existentiels » qui pourraient menacer l’humanité.

Voir également : « Recherche et transparence »

 

4. L’immortalité est-elle envisageable ?

Concernant cette question, voir la page « Immortalité ? ».

 

5. Quelles sont les limites du transhumanisme ?

Sur le plan technique : a priori aucune.

Par exemple, nous pouvons concevoir un humain avec un cerveau cent fois plus complexe que le nôtre (en terme d’intelligence, de créativité, d’empathie, de sensibilité artistique…). En revanche, nous ne pouvons pas concevoir ce qu’un tel cerveau pourrait lui-même concevoir. Nous sommes donc fatalement « myopes » quand nous nous projetons dans l’avenir.

De là où nous sommes, rien ne permet d’affirmer qu’il y aurait une limite à l’évolution technologique de l’espèce humaine.

Sur le plan éthique et moral : voir la page « Risques ». Voir également la partie « Quel transhumanisme ? » de cette page.

 

6. Allonger la durée de vie, cela ne va-t-il pas mener à une crise de surpopulation ?

Non.

Pour une explication courte, voir le premier paragraphe de cet article.

Pour une explication longue, voir cet article.

 

7. Le transhumanisme ne va-t-il pas créer une humanité à deux vitesses ?

Voir les deux premiers points de cet article (« Le transhumanisme sera réservé aux plus riches » et « Le transhumanisme ne va-t-il pas aggraver les inégalités ? »).

 

8. Quels sont les différents mouvements transhumanistes ?

Ils sont innombrables, mais aujourd’hui, on peut dégager deux grandes tendances : libertariens et technoprogressistes. Les libertariens mettent avant tout l’accent sur la liberté individuelle de s’augmenter par la technologie. Les technoprogressistes prennent également en compte les impacts globaux de ces futures avancées techniques, et militent pour un accès plus égalitaire à ces technologies. Notre association penche davantage vers cette seconde tendance (d’où son sous-titre « Technoprog »).

Pour plus de détails, voir la page « Question sociale ».

De façon orthogonale, il y a également le mouvement singularitarien, qui s’intéresse à la perspective d’une intelligence artificielle capable de s’auto-améliorer, entraînant ainsi une « explosion d’intelligence » (pour le meilleur et pour le pire).

 

9. Quel est l’objectif de votre association ?

Faire connaître et diffuser la pensée transhumaniste en France (et dans d’autres pays francophones), organiser des rencontres et débats autour du transhumanisme, etc. Quelques exemples ici.

Notre idée générale est que, plus les gens (citoyens, politiques, décideurs…) seront informés sur les enjeux et les problématiques du transhumanisme, plus ils auront de chances de prendre des décisions justes et mesurées face à cette « vague technologique » qui se profile. A l’inverse, s’ils sont mal informés, ils risquent de prendre des mesures hâtives, dangereuses et liberticides, dont tout le monde sortira perdant. D’où notre souhait de « créer du débat social » autour du transhumanisme. Nous avons bien entendu un point de vue globalement favorable, mais le point de vue « anti » est déjà très largement représenté en France.

En parallèle, un autre objectif est de permettre à des personnes se reconnaissant dans le transhumanisme de se rencontrer virtuellement et réellement, et d’approfondir une interprétation francophone et technoprogressiste du transhumanisme.

 

10. Comment votre association est-elle financée ?

Par les cotisations annuelles et des contributions des membres, et (plus rarement) des interventions rémunérées. Contrairement à ce qui est régulièrement sous-entendu, nous ne touchons aucune subvention de l’État, de Google ou autre !

 

Voir aussi : FAQ plus détaillée.

 

Adhérer ? Porte-parole de l’association, j’écris régulièrement des articles pour le site. Pour me contacter : alexandre.technoprog@gmail.com | En savoir plus


Abonnez-vous à notre newsletter